ECHO DE L'UNITE

Unité dans la diversité d'opinions

Assemblée Générale des Nations Unies: Ce qu’il faut savoir de la « gentillesse » du peuple congolais vis-à-vis de ses agresseurs  dont parle le Président TSHISEKEDI

Le Président de la République Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO a été à la tribune de la 77ème session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies ce mardi 20 Septembre 2022.

Dans son allocution, le garant de la République Démocratique du Congo a centré particulièrement son mot sur la situation sécuritaire qui prévaut dans la partie Est de son pays.

Si certaines déclarations des pays voisins de la RDC font croire à l’opinion que l’instabilité sécuritaire de l’Est est occasionnée par des groupes armés internes, il n’en est pas le cas pour le gouvernement congolais qui point de doigts le Rwanda.

« En dépit de ma bonne volonté et de la main tendue du Peuple congolais pour la paix, certains de nos voisins n’ont trouvé mieux que de nous remercier par l’agression et le soutien à des groupes armés terroristes qui ravagent l’Est de la RDC. C’est le cas actuellement du Rwanda qui, au mépris du droit international, de la Charte de l’ONU et de l’Acte constitutif de l’Union Africaine, a, une fois de plus, non seulement agressé, en mars dernier, la RDC par des incursions directes de ses forces armées, les RDF, mais aussi occupe des localités de la province du Nord-Kivu par un groupe armé terroriste interposé, le Mouvement du 23 mars dit M23, auquel il apporte un soutien massif tant en matériels de guerre qu’en hommes de troupes. »

Et d’ajouter :

« …comme pour défier la communauté internationale, le M23 avec le soutien de l’armée rwandaise a même abattu un hélicoptère de la MONUSCO et tué 8 casques bleus, commettant ainsi un crime de guerre. Je dénonce, en ce lieu emblématique de la vie internationale, avec la dernière énergie cette énième agression dont mon pays est victime de la part de son voisin, le Rwanda, sous couvert d’un groupe terroriste dénommé M23. »

Se focalisant sur l’implication du Rwanda et sa responsabilité dans la tragédie que vivent les congolais des zones occupées par l’armée rwandaise et ses alliés du M23, le chef de l’Etat laissent entendre que cette affirmation n’est plus discutable dès lors que plus d’une fois aussi bien les groupes d’experts dument mandatés par l’ONU et le mécanisme conjoint de vérification élargi de la Conférence Internationale sur la Région des Grands Lacs, CIRGL, que des organisations non gouvernementales humanitaires et des droits de l’Homme crédibles les ont établies dans des rapports documentés et objectifs, à la limite du scientifique, ont produit leurs rapports y afférents.

Tout en portant haut le souci du Gouvernement congolais qui réitère sa demande au Président du Conseil de Sécurité de distribuer officiellement aux membres du Conseil le dernier rapport des experts de l’ONU sur la situation sécuritaire à l’Est de la RDC, le cinquième Président de la R.D.C pense que ne pas y tenir compte est une porte d’encouragement à l’injustice : 

« Procéder autrement serait, d’une part, encourager le Rwanda à poursuivre son agression, ses crimes de guerre et ses crimes contre l’humanité en RDC et, d’autre part, nourrir davantage la suspicion légitime des Congolais sur l’impartialité de l’ONU ainsi que la complicité de certains de ses membres dans ces crimes. »

A rappeler que cela fait plus de trois mois que le mouvement M23 qualifié de « terroriste » par les autorités congolaises, prennent d’assaut la cité de Bunagana dans le territoire de Rutshuru en province du Nord-Kivu. Des déplacements massifs de la population.

Des sources de la société civile locale renseignent que la situation humanitaire de ces déplacés laisse à désirer.

Par Jeannot KALENGA

About Author