ECHO DE L'UNITE

Unité dans la diversité d'opinions

Bukavu/Interdiction des motos de circuler sur le boulevard E.P.L: Des chauffeurs tentent-ils de créer un « ligablo » en défaveur des clients?

Cela fait plus de trois semaines depuis la mise en vigueur de la mesure prise par le conseil des ministres sous la houlette du Gouverneur Théo NGWABIDGE interdisant la circulation des taxis motos sur le boulevard Emery Patrice Lumumba.

Une situation qui semble ouvrir le couloir à une perturbation des prix d’une course.

Si des documents des autorités ayant dans leur charge de fixer le prix d’une course font état de mille francs congolais, au terrain c’est le contraire.

Dans une déclaration conjointe, les mouvements citoyens  » Lutte pour le Changement » (LUCHA) et « Ça Suffit » dénonce ce qu’il qualifient du désordre de la part des chauffeurs sur les tronçons routiers; place-labotte; feu-rouge-frontière Ruzizi I.

« La fixation du prix de transport(surfacturation) selon l’humeur des conducteurs de taxis(bus,voitures et motos) sur toute l’étendue de la ville de Bukavu (axe placeciriri: 1500fc/ 7km contre 500fc/ 9km place-Bagira; tronçons place-labotte-frontière et Kadutu-Ruzizi I, le non-respect et le saucissonnement,pendant les heures de pointes, de la trajectoire définie par la mairie; » lit-on dans leur déclaration.

Tout en renseignant le non respect et le saucissonnement pendant les heures de pointes sur la trajectoire définie par la mairie, ces signataires disent fustiger le fait pour certains taximans qui exigent les clients à payer le double course pendant les heures de la soirée sur les mêmes axes.

Réagissant à ces griefs, le président de l’association des chauffeurs du Congo ACCO rejettent ces accusations portées contre les membres de son association.

 » Que les clients nous aident à dénoncer des cas pareils, mais jusqu’à présent, nous savons que les chauffeurs font payer 1000fc la course quittant labotte jusqu’à nguba abord du taxi.Toute de même,nous sommes en train de sensibiliser les chauffeurs à toujours évaluer la distance comme par exemple du parquet au feu rouge qui peut être à 500fc, mais le travail est en cours »; déclare KAYEYE MUHIMUZI.

Et d’ajouter:

« Il y avait un prix qui était fixé par la mairie et lequel prix s’élèvait à 700 FC parce que un litre de carburant de 2150fc, mais dans l’entre-temps le carburant est monté de 2150 à 3200fc raison pour le prix n’a pas été respecté d’où 1000fc la course sur le boulevard Emery Patrice Lumumba. »

Entre-temps, les motocyclistes continuent à tirer la sonnette d’alarmes auprès des différents notables de la province afin de plaider pour que les autorités ayant pris la mesure d’interdiction de leurs engins de circuler sur le boulevard Emery Patrice Lumumba se rétractent.

En revanche,lors d’une déclaration à la presse, le ministre provincial ayant dans ses attributions les transports Mathieu MALUMBI a martelé que cette décision est pereine et non provisoire, d’où plus question des motos sur le boulevard Emery Patrice Lumumba.

Par Jeannot Kalenga

About Author