ECHO DE L'UNITE

Unité dans la diversité d'opinions

Genocost: « Ainsi, est-ce avec une sensation de devoir accompli contre la balkanisation de notre pays, qu’avec d’autres héros ignorés ou inconnus, que je peux saluer ce jour »,Me Idesbald BYABUZE

Me Idesbald BYABUZE Katabaruka, saisi le président de la République Démocratique du Congo Félix Tshisekedi à l’occasion de la commémoration des violences commises en RDC célébré chaque 2 août.

Dans sa correspondance, il croit fermement que le chef de l’État venait d’ouvrir le grand livre de l’histoire des violences en République Démocratique du Congo. 

 » Le peuple congolais tout entier et le reste du monde viennent de suivre dans un mélange de colère, émoi, espoir et soulagement les récits des malheurs imposés injustement aux filles et fils de notre cher pays depuis vingt-sept ans, soit un peu plus d’une génération. », Dit-il d’emblée.

Monsieur Idesbald BYABUZE Katabaruka estime que ses sentiments s’entremêlent entre souvenirs amers, fierté et reconnaissance infinie envers Félix Tshisekedi tant il lui a plu d’inviter officiellement la vérité à la place publique, augurant enfin le bout du tunnel sur le règlement de la question des viols et violences abjects commis sur vos concitoyens, particulièrement dans la partie est du pays.

« Ma joie est d’autant plus débordante en ce que certains témoignages des victimes rendus aux noms de millions d’autres devant vous et la très distinguée Première Dame ont été des cris des cœurs tombés, Dieu merci, dans des oreilles attentives et accueillis avec chagrin et bienveillance. En outre, ma fierté est légitime quand je réalise que mon vieux combat qu’il vous plaira d’apprécier et qualifier reçoit aujourd’hui un écho inespéré. En effet, depuis le 02.08.1998 à six-heures du matin, mon amour pour ma ville de Bukavu, ma Province du Sud-Kivu, mon pays, la RDC et mon peuple, m’avait contraint à résister farouchement aux agresseurs de notre mère -patrie. Je n’ai eu comme armes de guerre que ma volonté ténue, mon discours, mon stylo et l’accompagnement indéfectible de la dynamique population sud-kivutienne, tous âges et toutes couches sociales confondues. »

Et de poursuivre:

« Ainsi, est-ce avec une sensation de devoir accompli contre la balkanisation de notre pays, qu’avec d’autres héros ignorés ou inconnus, que je peux saluer ce jour, la reconnaissance de mille et un sacrifices sur tous les plans et surtout les risques en apparence inconsidérés ou insensés pour nos vies de la part des peureux, des traîtres et des bourreaux de vos frères et soeurs résolus à braver l’occupation, l’asservissement et l’humiliation. », explique-t-il.

Avec pleine conviction ,en lisant l’esprit de cette correspondance, ce juriste et praticien du droit laisse entendre que comme pour lui, et très sûrement pour d’autres, ce jour est une consolation ou un soulagement après que ceux qui, valets des tortionnaires des Congolaises et des Congolais eurent été ennoblis pendant de longues années comme pour les rétribuer par des primes pour leurs sales besognes.

Par Abiud OLINDE

RépondreTransférer

About Author