ECHO DE L'UNITE

Unité dans la diversité d'opinions

R.D.C/Affaire émoluments des députés nationaux : Le professeur ordinaire KIBASOMBA MAN-BYEMBA Roger s’en mêle, voici sa position(Déclaration)

Professeur ordinaire KIBASOMBA Roger

Le professeur ordinaire KIBASOMBA MAN-BYEMBA Roger, à quelques jours de l’officialisation des émoluments des députés nationaux allant de vingt-un mille à trente-deux mille dollars, n’a pas hésité de s’en prononcer.

Dans une correspondance rendue public le 10 Mars dernier dans la capitale Kinshasa dont copie est parvenu à la rédaction de votre média, cet enseignant permanent de l’Université de Kinshasa dans le département des Sciences politiques et administratives estime que la redistribution du revenu national pose encore problème :

«Tous les congolais ont le droit de jouir de richesses nationales. L’Etat a le devoir de les redistribuer équitablement et de garantir le droit au développement. Donc la question de 21000 dollars d’émoluments et salaires des Députés et d’autres émoluments gourmands des membres du Gouvernement concerne une redistribution inéquitable du revenu national qui énerve non seulement les autres agents et fonctionnaires salariés de l’Etat mais qui énerve aussi la Constitution. »

Dans ce même document, l’auteur préconise deux remèdes qu’il qualifie de fétiches. C’est notamment  l’intérêt général pour I ‘organisation et la gestion de ses services publics, et, l’intérêt national pour I ‘organisation et la gestion de ses relations extérieures.

 « Faisons notre part de conscientisation des décideurs au niveau du parlement et du gouvernement sur I ‘inconstitutionnalité des émoluments gourmands et sur le devoir civique, patriotique et constitutionnel d’assurer une redistribution équilibrée des ressources budgétaires conformément à la Loi fondamentale. Combien de nos Parlementaires, Ministres et Hauts Fonctionnaires savent qu’ils sont au service d’intérêt général et national? Combien savent que les gros salaires qu’ils se rémunèrent constituent de faits infractionnels? Nul n’est méchant volontairement» ; tire-il la sonnette d’alarme.

Par ailleurs le professeur KIBASOMBA MAN-BYEMBA Roger fait remarquer que cette carence est justifiée par la « surpolitisation et surtribalisation » l’administration publique et territoriale des services publics :

« ll suffit de réveiller et réorienter la conscience/intelligence collective de tout Congolais en général et celle des décideurs politiques Congolais en particulier vers I ‘intérêt général et I ‘intérêt national pour que les plans, les programmes, les actions et le Budget de l’Etat et du Gouvernement cessent de servir les intérêts privés, personnels, et tribaux au détriment des intérêts de la Nation toute entière » ; insiste ce professeur ordinaire.

A titre de rappel, le Président Félix Tshisekedi a promulgué la loi de finances n°23/056 en date du 10 décembre 2023 pour l’exercice 2024.

Ce projet de loi de finances pour l’exercice 2024 est équilibré, en recettes et en dépenses, à hauteur de 40.986,0 milliards de FC soit un taux d’accroissement de 26,3℅ par rapport au budget de l’exercice 2023 chiffré à hauteur de 32.456,8 milliards de FC.

La  Loi de finances pour l’exercice 2024 revoit à la hausse les émoluments des députés nationaux dès le mois de janvier prochain. Les députés nationaux de 2024 toucheront chacun mensuellement un salaire de 33.000 dollars américains. Une augmentation de 12.000 USD par rapport à l’année 2023 où les élus du peuple touchaient 21.000 USD.

Par A.K

About Author