ECHO DE L'UNITE

Unité dans la diversité d'opinions

RDC : Faut-il des babys Sisters pour combattre les rebelles ?

Les FARDC deviennent plus qu’un mal nécessaire dans la région Est de la RDC. A leurs côtés, d’autres forces armées viennent les aider à combattre. le président Félix TSHISEKEDI veut rajouter une couche pour la sécurité des civils et le retour de la paix. 

En effet, lors de son dernier discours à la nation en début de ce mois de novembre 2022, le Président de la RDC Félix Tshisekedi a évoqué le déploiement d’une force régionale pour « imposer » la paix dans l’Est de la République Démocratique du Congo, mais cela est-il une priorité alors que les FARDC mènent parfaitement la guerre ?

Cette option a été débattue au cours de la réunion consultative de haut niveau des pays de l’EAC, dont l’objectif était de trouver une solution afin que les populations ayant abandonné leurs habitations suite à l’activisme des groupes armés regagnent leurs milieux de vie.

 Le Secrétaire Général de l’EAC Peter Mathuki et autres, qui ont pris part à cette réunion, ont félicité les Républiques du Burundi, du Kenya et de l’Ouganda qui ont déjà déployé des forces conformément au cadre convenu, et ont encouragé le Soudan du Sud à finaliser le déploiement.

Faire appel aux mercenaires n’est pas une solution vu qu’en 2013 sous l’égide du feu colonel et chef des opérations Mamadou Ndala,l’armée congolaise était parvenue à s’emparer des M23 et récupérer toutes les localités contrôlées par les rebelles et peut encore refaire la même chose, les efforts se fait déjà voir et miser sur les FARDC ne serait pas une perte.

La force régionale ne fait pas la taille des FARDC

La RDC, 11e puissance militaire en Afrique et 76e au monde devant l’Ouganda (92e au monde) 15e en Afrique, la Tanzanie (113e), le Burundi et le Rwanda ne sont pas répertorié dans l’index de GFP (GlobalFirePower) sur les 30 pays en Afrique.

Ce classement est basé sur la capacité potentielle de chaque nation à faire la guerre sur terre, sur mer et dans les airs par des moyens conventionnels.

Les nouveaux enrôlés pourront faire mieux que les armées étrangères !

Dans son message à la nation, le président congolais Félix Tshisekedi avait « renouvelé » son appel aux jeunes congolais qui en ont la vocation « à s’enrôler massivement  » dans l’armée pour combattre la rébellion dont le « Mouvement du 23 mars »(M23).

Lors d’une conférence de presse conjointe avec le porte-parole du gouvernement Patrick Muyaya à Kinshasa, le général-major Sylvain Ekenge, porte-parole de l’armée, a affirmé qu’ils sont « plus de 2.000 » candidats déjà enregistrés de leurs propres grès.

Cette guerre est une guerre de la RDC et pas une guerre de plusieurs nations, les enfants du pays combattront avec intérêt et cœur tandis que les étrangers se battront par ordre de mission sans intérêt.

Par Jordan NGOY

About Author